Après l’arrivée de ma Switch à la maison, j’ai vite ressenti le besoin de me procurer une manette car je connecte souvent la console sur mon écran de PC mais je ne supporte pas de jouer avec les joycons détachés.

J’en cherchais donc une à la fois design, sans fil et ergonomique pour un confort maximal lors de longues sessions de jeux. Il y a quelques semaines maintenant, et à l’occasion d’une collaboration avec la marque PDP Gaming, j’ai pu recevoir leur manette Switch, la Afterglow Deluxe Wireless.

J’ai pris le temps de la tester afin de vous faire un retour le plus fiable possible, en rapport avec une utilisation quotidienne et prolongée du produit. Bonne découverte !

₪₪₪₪₪₪₪

Tout d’abord, la manette revêt une coque en polycarbonate brillante et translucide, totalement lisse, qui la distingue des autres modèles du marché. Robuste et douce au toucher, elle est très agréable à tenir en mains. Pour l’avoir fait tomber à plusieurs reprises, je peux vous dire qu’elle est résistante et qu’elle ne s’abîme pas facilement. Bon, ne la jetez pas non plus contre un mur en cas de rage quit, je ne suis pas certaine qu’elle survive à ça !

Cette transparence de la coque se justifie par la présence de quatre leds RGB puissantes qui vous permettent de configurer la manette aux couleurs de votre choix et de définir, grâce à un bouton prévu à cet effet, des lumières fixes ou à effets variables. Il est également possible de régler l’intensité de l’éclairage voire de l’éteindre totalement, ce que je trouve indispensable. En effet, le but n’est pas de vous aveugler ni de vous distraire pendant votre session de jeu.

A droite, elle possède de solides boutons, toutefois un peu hauts et rigides à mon goût. Le ressort n’étant pas très souple ni réactif, les boutons prennent un certain temps pour retrouver leur position initiale. Cela peut être gênant pour les jeux qui demandent plus de réactivité, mais dans l’ensemble cela ne m’a pas posé de problème. De plus, ils émettent un bruit de claquement assez prononcé qui n’est pas négligeable et peut être dérangeant pour votre entourage ou vous-même.

La croix directionnelle, à gauche, est assez souple. On passe aisément des positions verticales à horizontales ou diagonales. Quand il s’agit de taper quelque chose sur le clavier virtuel, elle est bien adaptée à la sélection des lettres/des chiffres et elle complète parfaitement les joysticks. De fait je l’utilise exclusivement pour cela.

A propos des joysticks justement, ces derniers sont très bien conçus. Plus hauts que ceux du Pro Controller de Nintendo et moins lâches, ils offrent une bonne précision et une bonne résistance aux pouces. Leur surface quadrillée assure une bonne adhérence et leur design un peu creux, un confort sans pareil.

Les gâchettes sont larges et très souples donc solides et réactives également. Je ne leur ai pas trouvé de défaut.

Au verso de la manette, on trouve une palette détachable qui permet de configurer deux boutons supplémentaires. Cela peut être utile, dans les jeux de courses notamment, mais je n’ai pas eu l’occasion d’utiliser cette fonction. Bien qu’elle soit amovible, je vous déconseille de l’ôter car cela affecte beaucoup le confort en laissant apparaître une surface anguleuse.

La position des boutons secondaires (bouton+, bouton -, bouton Home et bouton de capture) est pour moi le gros point faible de cette manette. En effet elle a été inversée par rapport aux joycons et cela perturbe grandement mon expérience de jeu. Cela peut paraître bête mais quand par erreur vous quittez subitement le jeu pour revenir à l’accueil au lieu d’accéder à l’inventaire ou autre, c’est rageant. De plus, on est facilement gêné par les joysticks pour y accéder.

Je ne comprends pas du tout ce parti pris du concepteur mais ce détail m’a vraiment dérangée car cela demande un certain temps d’adaptation. Sans compter que chaque fois que vous repassez en mode portable, vous vous exposez de nouveau au souci…

L’appairage avec la Switch est très simple et se fait en quelques secondes. La connexion est très bonne et la console répond instantanément aux commandes.

L’autonomie de la manette est plus que satisfaisante puisqu’un rechargement complet permet de jouer pendant environ 20h. Pour la recharge, les leds sont d’une grande utilité puisqu’elles clignotent en rouge quand la manette menace de s’éteindre et s’éclairent en vert une fois la manette chargée.

Le câble fourni est de qualité, épais, plutôt long et il vous permettra de jouer sans gêne même pendant la phase de recharge. Il se clipse solidement et profondément dans la manette, empêchant les débranchements intempestifs. (Coucou la dualshock 4 !)

Enfin, la manette affiche un poids de 220 gr, inférieur au poids de la manette estampillée Nintendo, ce qui en fait un produit plutôt léger et agréable à utiliser. Le guide de démarrage rapide fourni est très clair et facilite grandement la configuration de la manette et de ses réglages.

₪₪₪₪₪₪₪

Pour conclure, je dirais que les défauts de la manette Afterglow sont présents mais restent minimes au regard des nombreuses qualités du produit, tant au niveau du design que de son ergonomie. Je suis ravie de la posséder et je prends beaucoup de plaisir à l’utiliser au quotidien. Je ne peux que vous orienter vers ce produit si vous souhaitez faire l’acquisition d’une manette efficace, originale et qui en jette !