En octobre 2017, j’ai décidé de me lancer dans l’aventure World of Warcraft.

Cela faisait des années que ce jeu m’intriguait mais je m’étais toujours mise en tête que le gameplay était trop complexe pour moi et jouer exclusivement au clavier et à la souris me paraissait hors de portée. Me faisant une fausse idée de son niveau de difficulté, je n’avais jamais osé m’y mettre. Puis un fan de la première heure très cher à mon cœur me l’a fait découvrir plus en détails et j’ai fini par craquer. Après quelques hésitations concernant l’allégeance et la race, j’ai opté pour un Worgen guerrier, spé Armes.

J’ai appris les bases du jeu au fur et à mesure, non sans difficulté mais plutôt rapidement et j’ai vite été happée par le lore, la richesse et la mécanique du jeu. Normal me direz-vous, il se veut rapide à prendre en mains et surtout accessible à tous, aussi bien au niveau de son gameplay que de la configuration nécessaire pour en profiter pleinement.

Depuis mon départ de Gilnéas, mon petit Worgen a bien “grandi”. Il a vécu nombre d’aventures et péripéties, affronté des milliers de méchants et de vilains boss, exploré chaque recoin d’Azeroth et chaque jour depuis, la joueuse que je suis se plaît à réévaluer quotidiennement la beauté et la profondeur de ce jeu qui en font une aventure UNIQUE.

C’est donc comme cela que j’ai choisi de vous présenter le MMO de Blizzard pour lequel j’ai eu un véritable coup de foudre.

WORLD OF WARCRAFT EN QUELQUES MOTS

WoW est un jeu de rôle en ligne massivement multijoueur développé sur PC et Mac par la société Blizzard Entertainment et sorti en 2005 en Europe et entre 2004 et 2008 dans divers pays du monde. Il prend place en Azeroth, quatre ans après les événements de l’extension du jeu précédent, Warcraft III : The Frozen Throne.

En avril 2008, World of Warcraft rassemblait même 62 % des joueurs de MMORPG et en octobre 2010, Blizzard annonce que plus de 12 millions de joueurs ont un compte World of Warcraft actif. Depuis sa sortie, WoW détient le Guinness World Record pour la plus grande popularité pour un MMORPG.

Actuellement, le jeu est est divisé en 6 extensions et la 7ème, Battle for Azeroth, sortira le 14 août prochain.

AZEROTH : UN CONCENTRE DE VIE

Dans Wow, la première chose que l’on remarque, ce sont de sublimes décors et des maps soignées. Chaque région propose un univers qui lui est propre notamment grâce aux graphismes, aux sons d’ambiance, aux phénomènes météorologiques, à son bestiaire, à sa faune et sa flore et l’on a de cesse de redécouvrir le jeu, à chaque frontière et à chaque extension. Ainsi, vous pouvez aisément passer d’une forêt luxuriante à un désert aride en une seconde, un peu à la façon d’un parc à thèmes, mais en mieux. Vous voyagez au coeur de décors toujours plus sublimes et diversifiés et vous prenez de sacrés claques.

Il n’est pas rare d’être submergé par les émotions devant l’harmonie d’un décor et de la musique qui l’accompagne. Dans chaque zone, vous trouverez LE petit détail qui fait la différence : un animal qui chasse, un oiseau qui fend le ciel juste au bon moment, un insecte qui vous poursuit, des PNJ qui se chamaillent ou flirtent, un murloc qui se fait malmener, un mob qui fait la sieste au lieu de travailler et j’en passe… Mais je ne vais quand même pas tout vous raconter !

Wow vous donne accès à un monde permanent, qui vit et existe bien au delà de vos connexions/déconnexions et évolue sans vous, à différentes échelles, de la plus immense à la plus minuscule des créatures. Pour autant, et cela se voit en s’attardant davantage sur le jeu, tout est calculé, chaque chose est à sa place. Pour peu qu’on prenne le temps de s’y attarder un peu, les détails sont présents sur chaque être vivant, même le plus insignifiant. Tout est millimétré pour offrir au joueur, au bon endroit et au bon moment, des panoramas incroyables, de scènes de vie cultes et des souvenirs mémorables qui, plus tard, viendront l’imprégner de nostalgie et renouveler sans cesse le plaisir du jeu.

Pour ma part, il n’est pas rare que je promène dans les différentes régions juste pour prendre des screens in-game (J’ai d’ailleurs ouvert un compte Instagram pour vous en partager quelques-uns, n’hésitez pas à vous abonner !) ou tenter de percer les mystères d’un lieu ou d’en découvrir de nouveaux. La beauté du jeu est incontestable et même s’il n’est pas parfait graphiquement, c’est aussi ce qui fait tout son charme. Pour tout vous dire, il y a tellement de beaux endroits que j’ai eu énormément de mal à faire une sélection parmi mes 1300 screens pour illustrer cet article.

UNE MYRIADE DE CHOSES A ACCOMPLIR

En Azeroth, il y a toujours quelque chose à faire, à voir, à découvrir : en témoignent les nombreuses heures que j’ai déjà passées online, parfois au détriment d’autres jeux et de mes consoles qui ont pris un temps la poussière…

Outre les quêtes principales et secondaires, la découverte de la map, l’amélioration du stuff de votre personnage en écumant donjons et raids et vous confrontant à des boss toujours plus redoutables, WOW offre une ribambelle d’activités variées qui vont de la simple collection d’items à la construction d’un fief, en passant par la traque de mobs rares, la gestion de ses troupes, les mini-jeux ou la participation à des scenarii pour faire progresser votre personnage.

Les métiers principaux et secondaires permettent également de farmer des matériaux et des plans pour crafter des objets propres à chaque métier et si cela prend baucoup de temps, c’est inévitable si vous convoitez certains items. En cela, il est intéressant de créer plusieurs personnages sur le même serveur pour leur apprendre divers métiers et pouvoir disposer d’un maximum de compétences et de ressources.

Une fois votre niveau d’expérience maximum atteint, le jeu laisse aussi place à la récupération de tous les meilleurs objets disponibles au dit-niveau mais aussi aux collections en tous genres : armes secondaires, apparences d’armes, montures, mascottes, ensemble d’armures…. Le contenu du jeu est tel qu’il parait inépuisable, ce qui le rend d’autant plus addictif.

Les événements mondiaux ou mini-événements apportent leur lot de quêtes journalières ou hebdomadaires, de donjons spécifiques et d’items saisonniers mais ils donnent surtout corps à l’univers du jeu en le mettant en parallèle avec des événements de la vie réelle, en redécorant notamment les capitales pour Halloween, Noël, la Fête Nationale, Pâques… ou en mettant à l’honneur des personnages. Cela permet de l’ancrer davantage dans notre quotidien IRL et de fidéliser les joueurs qui auraient, pour un temps, délaissé le jeu.

Les hauts-faits permettent quant à eux de récompenser le joueur et le motiver pour acquérir encore davantage d’items, de titres et de prestige.

Bien qu’il s’agisse d’un MMO, il est possible de mener son aventure en solo de bout en bout (donjons et raids mis à part) et c’est ainsi que j’ai progressé d’extension en extension. Le mode joueur contre joueur (JCJ) n’est évidemment pas en reste puisque plusieurs zones/arènes sont consacrées au combat PVP et les battlegrounds permettent aux joueurs de s’affronter sur des maps dédiées. En revanche, si vous jouez  sur un serveur PVE, vous ne serez pas inquiétés et vous n’aurez pas à vous préoccuper des joueurs de la faction adverse et du PVP sauvage tant que vous ne portez pas votre marqueur JCJ.

Vous l’aurez compris, en solo, en duo ou en groupe, vous ne serez jamais à court d’activités dans WoW.

EMPRUNTER LA VOIE DES AIRS

Au-delà de tout ce que le jeu propose, le summum du plaisir pour moi est le vol à dos de montures. Très vite j’ai ressenti un sentiment de liberté à l’idée de pouvoir parcourir les maps par la voie des airs, presque sans limite et sous tous les angles, à explorer le jeu dans ses moindres recoins et en découvrir la richesse en m’émerveillant constamment.

Il faudra toutefois travailler dur pour mériter de survoler Azeroth. En effet, le meilleur moyen de découvrir et apprécier une région, c’est d’utiliser la voie terrestre et en ce sens, les créateurs privilégient largement ce mode d’exploration en obligeant le joueur à remplir certaines conditions : finir une suite de quêtes, révéler des zones précises de la map, obtenir une certaine réputation auprès des factions présentes sur place, réaliser des hauts-faits…

Une fois ces conditions remplies, il ne vous reste qu’à prendre de l’altitude et admirer le microcosme en contrebas. Wow m’a d’ailleurs bluffée à ce niveau : même au plus haut vous pourrez continuer d’observer les PNJ, les joueurs ou les animaux évoluer au sol et je trouve cela trop chouette ! Sachez toutefois que le vol n’en sera pas pour autant acquis pour les futures extensions.

Mais qu’il s’agisse de voyager en monture terrestre, volante ou aquatique, on rêve de se jeter parfois au travers de l’écran pour y vivre les mêmes aventures que nos personnages (enfin pas toutes !) et y faire chaque jours de nouvelles découvertes.

EASTER EGGS, CLINS D’OEIL ET AUTRES MYSTERES

La richesse du jeu s’explique également par la présence d’une multitude de clins d’oeil cachés au sein du jeu par les créateurs. Qu’il s’agisse du nom d’un personnage, d’un lieu, d’un intitulé de quête, de la présence d’un objet caché ou de l’apparence d’un PNJ, les références à des films, séries, chansons, jeux et personnalités cultes sont nombreuses et toujours plaisantes à découvrir ou déchiffrer.

Dans certaines zones peu explorées, vous serez confrontés à des mystères conduisant à des quêtes inédites ou à des énigmes pour l’obtention de mascottes ou montures spéciales, à des passages secrets pour sauter d’une extension à une autre, à des mini-events juste là pour le plaisir des yeux, à des indices sur le futur d’Azeroth, à des stratégies à élaborer pour faire poper une créature rare ou la débusquer… L’intrigue est au final toujours présente par le biais d’un contenu gigantesque et sans cesse renouvelé.

L’humour a également sa place au travers de quêtes totalement farfelues, de répliques cinglantes, d’interactions distrayantes entre les PNJ et tout ceci concourt sans aucun doute au succès du jeu. Nombre de fois je me suis surprise à rester statique pour suivre des conversations entre des personnages et croyez-moi, parfois ça vaut vraiment le coup !

UN SENTIMENT D’APPARTENANCE UNIQUE

Curieusement, en jouant à WoW, j’ai très vite ressenti une sensation d’appartenance à quelque chose de grand, d’unique et une certaine fierté à faire partie de cette immense communauté de joueurs. Soyons clairs, je joue aux jeux vidéo depuis quelques années maintenant et ce sentiment m’était jusqu’alors totalement inconnu.

J’aime défendre ma faction au moins autant que j’aime détester la Horde et les affrontements passés et à venir prennent aux trippes l’allianceuse que je suis. Que celui qui n’a pas retenu son souffle devant un moment charnière de l’histoire ou versé sa larme à la mort d’un personnage culte me jette la première pierre. Chacun de nous se trouve happé par l’histoire à laquelle il prend part, directement concerné et touché par le destin des personnages et fier de déclarer son allégeance et défendre ses valeurs. L’émotion est vraiment au coeur du jeu, notamment grâce à de superbes cinématiques in-game et des doublages toujours parfaits.

Faire partie d’une guilde permet également aux joueurs d’y tenir un rôle unique, essentiel et de créer des liens solides entre chacun de ses membres, de passer de bons moments tant en jeu qu’IRL et se créer des souvenirs ensemble.

A l’occasion de la Blizzcon, en découvrant pour la première fois les images de la prochaine extension en même temps que tous les autres joueurs, j’ai compris cet engouement et toute cette “hype” autour de la sortie d’un nouveau pan de l’histoire de Wow et de ses personnages. J’ai hâte de découvrir cela en temps réel, de pouvoir fouler le sol de régions inconnues et voir toutes les surprises que les développeurs nous ont réservées.

WOW OU LA CRITIQUE FACILE

Alors oui, certains crieront au scandale lorsqu’il s’agira de débourser une quinzaine d’euros par mois pour accéder aux serveurs de jeu mais quid des jeux sur consoles à 70€ qui, une fois terminés ou même platinés, seront enfouis dans un carton et ne reverront plus jamais la lumière du jour ?

Les trolls diront quant à eux que le jeu est vieux et moche, que niveau graphismes, on fait bien mieux actuellement, notamment sur consoles de salon et que la personnalisation des personnages est trop limitée mais certains jeux actuels n’en sont-ils pas pour autant moches, bugués ou leur serveur continuellement hors-service ?

Les plus virulants se plaindront du prix abusif des services et des items de la boutique, soutenant qu’ils sont là dans le seul but d’engraisser un peu plus Blizzard. En revanche ils se gardent bien de mentionner les ventes au profit des victimes de différentes catastrophes.

Certains se targueront d’avoir connu le jeu à sa meilleure époque, au tout début, et qu’il est devenu bien trop accessible ou trop “facile”. Quand on voit que ce sont ceux-là même qui se plaignent d’avoir des conditions à remplir et du temps à investir pour débloquer le vol de Légion notamment, ça me fait doucement rire.

D’autres critiqueront sans cesse l’orientation prise par le jeu, quelle que soit la tournure des évènements : Cataclysme semble les avoir traumatisés en bouleversant tout et après ça, ils reprochent à Blizzard de rester sur ses acquis et de ne pas prendre de risques scénaristiques dans BFA en relançant tout bonnement l’affrontement Alliance/Horde… Jamais contents…

Pour ma part, je lis ces critiques et je peux les entendre, mais certaines sont sans fondement. Personne ne m’a jamais forcé à investir 1€ dans WoW et je pense que c’est le cas pour tous les autres joueurs. Ils arrêteraient forcément d’y jouer s’ils se sentaient sous contrainte. Si ce MMO réunit autant de joueurs, depuis tant d’années, il y a sûrement de très bonnes raisons à cela, dont celles que j’ai évoquées dans mon article.

On pourra bien évidemment regretter la présence d’un pourcentage de perturbateurs qui contribue à dégrader l’image du jeu et de sa communauté, mais en Azeroth plus qu’ailleurs, le très grand nombre de joueurs fait qu’on y retrouve toutes les strates de la gamosphère voire de la société, du joueur le plus matûre et respectueux au petit kikoolol qui veut chercher des noises à la moindre occasion sans se douter de qui se trouve en face.

Les concours de “kikalaplugrosse” n’y sont pas rares, les insultes et la moquerie après un échec ou une réussite au combat non plus, les dérives présentes malgré des mesures prises en amont, mais j’ai tout bonnement choisi de les ignorer (d’ailleurs il est possible de bloquer ou sgnaler tout comportement de ce genre) pour ne pas gâcher ma formidable expérience de jeu.

Alors oui, il m’arrive de fulminer quand je me fais défoncer la tronche en PVP. Oui, je suis la première à pester quand on me vole des mobs ou des objets de quête sous le nez. Evidemment ça me blase de devoir attendre parfois plusieurs heures pour rentrer dans un raid. Biensûr que je râle sur certains bugs et des petites choses que je juge illogiques, mais c’est l’jeu ma pauv’Lucette ! Quand on choisit de prendre part à cette “bataille”, on en accepte aussi les défaites, les échecs ou les contraintes.

A mes yeux World of Warcraft égale nombre de jeux actuels et en surpasse beaucoup d’autres. La qualité de son support (Assistance clientèle mais également aide apportée par des MJ toujours disponibles et sympathiques) et la richesse de son contenu en font davantage un jeu à part. Peut-être ne paraitrai-je pas assez objective, mais après tout, c’est ce que moi, toute petite joueuse aux 125h de jeu, pense de WoW.

DES REGRETS ?

Depuis l’année dernière, je me suis procurée quelques produits dérivés tels des peluches, des figurines, des OST et divers goodies. J’ai craqué pour des montures et des mascottes de la boutique, pour agrandir ma collection. J’ai déjà précommandé l’édition Collector de BFA et je n’ai qu’une hâte, être en août !

Je n’ai au final qu’un seul regret : celui de n’avoir pas découvert le jeu plus tôt. En effet, je rêverais de posséder toutes les extensions du jeu dans leur version Collector ou les mascottes liées aux Blizzcon des années passées. Malheureusement ils se revendent aujourd’hui à prix d’or… La modeste fan et collectionneuse que je suis n’aura donc jamais la chance de les posséder.

A défaut, j’espère qu’il y en aura beaucoup d’autres à venir et promis Blibli, je n’en râterai plus aucune parce que franchement ton jeu, IL  DECHIRE GRAAAAAAAAAVE !

J’espère vraiment que cet article vous a plu car j’y ai mis tout mon coeur. Et si j’ai réussi à convaincre certains d’entre vous de vous lancer dans l’aventure, n’hésitez pas à me demander de vous parrainer. 😉

A bientôt !