Depuis pas mal d’années je me définis comme un oiseau de nuit, ne trouvant la motivation, l’inspiration et le plaisir de faire les choses que la nuit, parfois même jusqu’au petit matin. La faute à un environnement diurne assez bruyant et des angoisses passées qui m’ont donné certaines habitudes pas forcément bonnes pour mon métabolisme.

Repoussant sans cesse l’heure du coucher, la faute au fameux “dernier” truc à faire (Merci World of Warcraft, Instagram & Youtube… :p), je négligeais les premiers signes de fatigue jusqu’à finalement “passer mon heure”. Et bien évidemment, au moment du coucher, mon cerveau refusait catégoriquement de se mettre sur OFF. Les soucis du quotidien, les réflexions en tous genres et autres pensées parasites s’imposaient à moi jusqu’à m’empêcher de sombrer, malgré la fatigue. J’essayais donc de pallier à ces pensées envahissantes en faisant autre chose. Prise dans un cercle vicieux, j’en suis ainsi venue à m’endormir de plus en plus tard le matin et à finalement souffrir d’insomnies.

C’est pour cela que j’ai eu l’idée de tester le Dodow et je remercie d’ailleurs Livlab de me l’avoir fait parvenir pour m’en faire un avis.

Qu’est-ce qui se cache sous ce nom d’oiseau ?

Le dodow est un petit galet blanc de 9 cm de diamètre pour un poids de 100 grammes. Il se présente dans une petit boîte en carton minimaliste, avec un petit guide et 3 piles LR03.

Pour la mise en route/l’arrêt, il suffit d’en toucher la surface pendant quelques secondes et de le laisser s’éteindre seul en fin de cycle. Accessible aux adultes comme aux plus jeunes, l’utiliser est un jeu d’enfant et l’on peut facilement l’emporter partout avec soi.

Le principe de ce gadget est donc d’accélérer l’endormissement via une technique simple : caler sa respiration sur un halo bleu projeté au plafond au moyen de 3 leds. C’est tout bête mais il fallait y penser ! Le petit manuel qui accompagne le dodow est très bien fait : on y retrouve, en plus de la notice, des infos intéressantes sur le sommeil, des conseils pour mieux dormir et de petits exercices faciles à mettre en pratique, où que l’on se trouve.

Mais comment s’endormir avec le dodow ? Après s’être allongé sur le dos, il suffit de choisir le cycle qui nous convient le mieux (8 ou 20 mns). Les leds s’allument et il ne nous reste qu’à inspirer quand le faisceau lumineux s’élargit et expirer quand il se rétracte. Comme l’explique bien la notice, notre flux de pensées diminue alors automatiquement, se focalisant davantage sur la lumière et préparant doucement notre corps au sommeil. Le dodow mise sur son potentiel hypnotique et notre concentration visuelle pour chasser toute autre pensée de notre esprit. Pour en savoir plus, je vous renvoie à cette vidéo.

En pratique, est-ce que ça fonctionne ?

J’ai eu le temps de tester le dodow sur plusieurs jours, en cycle de 8 mns (idéal me concernant), en réglant l’intensité des leds au plus bas car je suis de ceux qui ont du mal à s’endormir quand le noir n’est pas complet. Les deux premières nuits, il m’a été difficile d’ajuster ma respiration au rythme des leds et je me suis ainsi rendue compte que j’ai une respiration trop rapide, pas forcément adaptée à la phase d’endormissement.

Cependant, sans forcer les choses et en me focalisant chaque jour un peu plus sur le halo et ma respiration, au niveau du ventre notamment, j’ai réussi à me détendre et à vite en ressentir les bénéfices.
Le dodow m’apaise et empêche les pensées de m’envahir pour retrouver le calme et la sérénité dont je manquais sans doute. On sait tous que la respiration et le rythme cardiaque se veulent plus lents au moment de dormir et il m’aide beaucoup en ce sens.

Je suis convaincue par son efficacité puisque je trouve le sommeil beaucoup plus rapidement et je ne saurais que trop vous le conseiller si vous êtes insomniaques ou que vous souffrez de problèmes de sommeil. Sachez que Livlab vous rembourse sous 20 jours si vous n’êtes pas convaincus.

N’hésitez pas à me poser des questions sur le produit.

A très vite dans un autre article !

Dodow / Prix indicatif : 49€