Obscuritas, le jeu qui vous fera détester les chiens…

(…et les labyrinthes.) Le 17 mars dernier est sorti le jeu Obscuritas, un jeu d’aventure horrifique sur PC développé par VIS Games et édité par Ravenscourt. J’ai eu l’occasion de le recevoir chez moi et l’ayant terminé, j’ai décidé de vous donner mon avis sur ce jeu que j’ai adoré autant que je l’ai « détesté ». A vous d’en découvrir les raisons dans mon test.

Obscuritas

L’histoire : Lorsqu’elle a hérité de la vieille maison de campagne de son grand-oncle, Sarah ignorait tout de ses sombres secrets et du monde obscur qui l’attendait. Aidez-la à résoudre une mystérieuse énigme et à s’échapper des griffes maléfiques du manoir.

Je vous le concède, rien de très original dans le scénario et pourtant on ne s’ennuie pas une seconde en parcourant les différents niveaux.

Un gameplay basique…

Comme tous les jeux de ce type, les commandes clavier sont relativement restreintes puisque les déplacements et actions se font à l’aide du pavé directionnel et de 4 autres touches seulement : Bouton gauche de la souris (Action), Shift (Courir), F (Allumer la torche) et R (Changer les piles).

Le jeu découpé en 3 chapitres et 28 séquences jouables consiste en la résolution d’énigmes toutes plus variées les unes que les autres, plutôt classiques : labyrinthes, déplacement d’objets, parcours logique, piégé ou chronométré, mécanismes divers à déclencher, pièges à éviter, collecte de clés… L’aventure prend place dans des décors également très variés, tant en intérieur qu’en extérieur.

J’ai beaucoup apprécié cette diversité dans les décors qui sont tous plus jolis les uns que les autres. Certains sont très détaillés et réalistes, d’autres moins et peuvent être parfois répétitifs mais c’est un choix assumé des développeurs. En effet, dans ce type d’environnements, le but est bel et bien de perdre le joueur et cela fonctionne à merveille.

Obscuritas

Obscuritas

La progression dans l’histoire se fait plus ou moins rapidement, en fonction de la capacité du joueur à résoudre aisément les énigmes.

…Redoutablement efficace

Ayant pour ma part choisi le niveau de difficulté le plus élevé, je ne peux vous parler que de ce dernier. Et croyez-moi, ce ne fut pas toujours une partie de plaisir.

Il ne fut pas rare pour moi de recommencer certaines énigmes, notamment à cause d’un chien un peu particulier (à l’origine du titre de mon article) qui vous « accompagne » dans plusieurs chapitres et qui vous tuera instantanément si vous avez le malheur de croiser sa route ou de manquer de discrétion. Le seul moyen de l’éviter est  de comprendre le cheminement de ses rondes et d’écouter son halètement ou ses grognements pour savoir où il se trouve. Ce n’est pas simple quand d’autres sons viennent vous perturber ou mettre le chien sur votre piste : musique d’ambiance,  chuchotements, ballons qui éclatent, canettes abandonnées parterre, pile derrière une porte que vous devez franchir…

Ce chien est juste un ENFER et il sera à l’origine de nombre de vos jumps-scare. Préparez-vous à le croiser souvent et… à mourir.

Obscuritas

Heureusement, quelques checkpoints automatiques permettent de ne pas repartir de zéro à chaque Game Over. Malgré un côté die’n’retry que l’on ne peut négliger, on ne s’ennuie pas et j’ai été surprise de ne pas ressentir la moindre lassitude, n’étant pas très patiente de nature. Même quand j’avais envie de « rage-quitter », je persévérai jusqu’à l’étape suivante et ainsi de suite.

Certains chapitres sont plus corsés que d’autres mais la difficulté ne va pas forcément crescendo. La RNG (aspect aléatoire d’un jeu) est clairement au centre d’Obscuritas et vous ne pourrez pas vous fier à une soluce, quelle qu’elle soit. En effet le jeu s’adapte à votre façon de jouer et vous contraint parfois à agir non pas dans un ordre précis, mais à en passer, d’une manière ou d’une autre, par certaines étapes que vous aviez choisi d’ignorer.

De même si la personne qui a rédigé la soluce ou filmé un walkthrough ne joue pas au même niveau de difficulté que vous, cela ne vous sera d’aucun secours puisque le jeu se complexifie jusque dans sa forme et change au gré de vos déplacements et décisions propres.

Des détails qui font toutes les différence

Ce que j’ai beaucoup apprécié dans le jeu, c’est son côté très suggestif. En effet, par des jeux habiles de lumières, d’ombres et de modélisation, le jeu laisse libre cours à votre imagination et à vos sens.

Tout au long du jeu, vous êtes susceptibles de voir des choses qui ne sont pas celles que vous croyez et il n’est pas rare, en vous approchant, de voir que vous vous êtes complètement fourvoyés. De même, parfois déboussolés, vous ne remarquerez pas au premier passage les indices disséminés ça et là pour vous aider dans votre progression alors qu’ils étaient là depuis le début.

Si le scénario n’est pas effrayant en soi, les musiques, les sons, les modifications de l’environnement autour de vous et la présence du chien sont en revanche assez troublants, angoissants et oppressants pour créer une atmosphère de tension quasi permanente. Vous n’aurez que de rares moments de répit.

Grâce à un climat plutôt pesant, il n’est pas rare de se retourner en craignant de ne pas être seul dans un corridor, sur un chemin ou dans une pièce. Notre qualité d’observateur est mise à l’épreuve, tous nos sens sont en alerte et je dois dire que c’est vraiment grisant.

Obscuritas

La lampe torche est également un élément clé du jeu car si vous ne pensez pas à l’allumer ou l’éteindre au bon moment, vous pouvez rater un détail important pour la suite. De même que si vous êtes à cours d’allumettes ou de piles, vous pouvez passer à côté d’un indice précieux. Heureusement, le jeu vous approvisionne assez régulièrement, parfois même à vos dépens…

Ce sont tous ces détails qui font véritablement la force de ce jeu et qui m’ont totalement conquise.

Des points négatifs ?

Je n’ai eu à me plaindre que d’un seul glitch qui m’a bloquée dans un décor et m’a forcée à redémarrer le jeu. Hormi cela, je n’ai eu aucun souci ni n’ai constaté de bug particulier.

Ayant lié le jeu avec mon compte Steam, j’ai cependant été surprise de voir que les succès du jeu (un à la fin de chaque chapitre) ne se débloquaient que lorsque l’on quittait le jeu en fin de session.

A cause de deux plantages de mon PC, je n’ai pu quitter le jeu proprement à deux reprises et deux succès ne se sont pas débloqués et m’ont forcée à recommencer deux chapitres, alors que j’avais pourtant débloqué les succès suivants… Je ne sais pas si ce fonctionnement est propre au jeu ou à Steam mais je vous conseille de quitter le jeu à la fin de chaque chapitre, pour vous épargner cette mésaventure.

Je regrette l’absence d’un succès lié au niveau de difficulté maximum parce que je dois dire que j’ai quand même donné de ma personne pour en voir le bout. C’est aussi pour cela que je dis que je l’ai détesté (et uniquement pour cela en fait. Foutu asile !). Je n’ai pas pour habitude d’être aussi tendue et stressée quand je joue. ^^

Obscuritas

Beaucoup diront que le jeu n’est qu’un condensé d’autres jeux comme The Park (que j’ai adoré également), Layers of fear (que je vais commencer sous peu) ou Stairs mais il a pourtant le mérite de combiner toutes leurs qualités et de tenir le joueur en haleine à l’aide de points forts propres à son gameplay et sa mécanique. D’autres diront qu’il ne s’agit que d’un jeu d’objets cachés ou le seul enjeu est de trouver des clés pour passer des portes. Je pense que ceux-là n’ont pas assez poussé l’expérience et vraiment joué à Obscuritas.

Mon seul regret est de n’avoir pas forcément eu les réponses que j’attendais concernant l’histoire que l’on nous conte en introduction. Il n’en reste pas moins que j’ai adoré ce jeu et que je le recommande à tous les fans du genre.

₪₪₪₪₪₪₪

Jeu disponible en version boîte ou sur Steam (19,99€)

D’autres screens in-game sont à découvrir juste ici

3 commentaires

  1. Il fait bien envie ce p’tit jeu.
    Il a tout ce que j’aime, le côté angoissant et stressant, les énigmes, l’ambiance, je sens que je ne vais pas résister 🙂
    Merci pour ton article 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lien vers votre dernier article