Qu’il s’agisse de casse-têtes, de jeux d’action/aventure, de jeux de plateforme, de courses de voitures, de jeux d’arcade ou encore de jeux de casinos, les jeux mobiles se multiplient de façon exponentielle depuis 2007 et ils tendent à se perfectionner en parallèle des devices sur lesquels ils sont développés.

Ils sont en effet passés de simples “passe-temps”, dans les transports en communs ou les salles d’attente, à jeux vidéo à part entière auxquels on joue volontiers depuis son canapé ou son lit, au même titre que des jeux développés sur consoles portables ou de salon. Ils offrent des licences de plus en plus élaborées (graphismes, gameplay, durée de vie) qui transforment nos devices en vraies consoles et exploitent au mieux leurs performances.

Le mobile, conjugué aux réseaux sociaux, offre notamment l’opportunité de jouer à plusieurs en temps réel, et ce gratuitement, quel que soit l’appareil utilisé. Deux utilisateurs de smartphones sur trois jouent sur leur terminal mobile en France, ce qui est énorme.

Gameloft-jeux-mobiles

Pour les studios et les développeurs en général, les jeux mobiles ont de nombreux avantages, notamment celui d’engranger beaucoup d’argent pour un investissement de base moindre, pour peu que leur jeu fasse un carton à l’image d’Angry birds, Puzzle & Dragon ou Flappy bird. Ils rapportent encore davantage grâce aux achats “in-app”. La pub présente dans certains d’entre eux finance également une partie de la conception des mises à jour. Enfin, la gratuité de certains jeux garantit un nombre de téléchargements conséquent et sans cesse croissant.

En 2013, on dénombrait pas moins de 1 200 000 000 joueurs dont 500 000 000 sur des jeux mobiles gratuits et 175 000 000 sur des jeux mobiles payants, dont les jeux de casino, ce qui représente plus de la moitié des joueurs dans leur globalité. Des chiffres impressionnants, donc !

S’il semble pourtant totalement exclu qu’ils remplacent les jeux vidéos classiques, les jeux mobiles représentent malgré tout 8% du secteur vidéoludique. C’est notamment grâce à eux que ce loisir renforce sa place de première industrie culturelle mondiale. Le chiffre d’affaire du jeu mobile en France augmente chaque année et il a atteindra sans doute les 24 milliards de dollars en 2016.

Grâce à ce succès granidssant, de nouveaux développeurs indépendants se lancent dans l’aventure et de gros studios vidéoludiques ont même développé une branche spécifique pour le développement des jeux mobiles, à l’image d’UBISOFT avec sa filiale GAMELOFT. SEGA, quant à lui, a dernièrement décidé de se consacrer exclusivement aux jeux mobiles et PC, même si la crise financière du groupe est l’un des motifs de cette décision.

Ainsi, malgré le succès des jeux sur consoles portables et de salon, les jeux mobiles ont sans conteste su s’imposer dans l’univers vidéoludique et cela semble bien parti pour durer !