Vous connaissez sans doute tous les Lego et je n’ai donc pas besoin de vous rappeler ce dont il s’agit. Cependant, il y a quelques mois, j’ai découvert le “petit frère” du Lego, j’ai nommé le “Nanoblock”, et j’ai été conquise.

• C’est quoi exactement ?

Pour faire simple, il s’agit d’un petit jeu de construction dont les briques ne mesurent que 3,5 mm de côté (ils disent 5 mais moi j’ai mesuré ! ^^) et avec lesquelles on peut réaliser des personnages et des décors à échelle réduite.

On les trouve de plus en plus facilement, dans divers magasins culturels ou sur la boutique officielle, mais leur prix reste toutefois plus abordable ailleurs sur le net.

Pour ma part, j’ai acheté mon premier Nanoblock (le panda) début janvier à la Fnac, au prix fort, puis j’ai passé commande des suivants (Mouton, Renard, Tricératops, Hippopotame) sur un site pendant les soldes. Enfin, j’ai acheté mes deux derniers (Yoshi et Bob le Minion) sur eBay pour la moitié du prix normalLégitime me direz-vous, il s’agissait d’une copie distribuée sous une autre marque. Elles sont d’ailleurs plusieurs à avoir copié le concept.

nanoblock

Alors d’accord, la copie c’est mal, toussa, mais à presque 12,50€ le nanoblock et pour la même qualité, j’aime autant en commander deux plutôt qu’un seul. En plus les autres marques proposent des personnages très variés qu’on ne trouve pas chez Nanoblock.

• Ca se présente comment ?

Dans chaque pochette sont fournies les pièces nécessaires à la réalisation de l’objet, mais également un manuel de montage illustré étape par étape et assez simple à suivre. Elle contient également des pièces supplémentaires en cas de perte malencontreuse. Vu leur taille vous serez bien contents de les avoir sous le coude, surtout si vous avez des poilus curieux qu’on appelle plus communément des “chats”, croyez-moi.

• C’est compliqué ?

La difficulté du montage réside principalement en la taille réduite des pièces à manipuler. J’ai de petits doigts et j’étais parfois en galère, du coup ce n’est pas forcément adapté à tout le monde, surtout si vous n’êtes pas très appliqués, de base.

Cela peut vous surprendre mais il vous faudra également de la patience et un peu de temps devant vous car l’assemblage requiert parfois de l’attention et de la minutie. Comptez au minimum 45 mns. J’ai moi-même été surprise du temps écoulé, en faisant quelques erreurs deci delà.

Je vous recommande également l’utilisation d’une pince à épiler pour déclipser certaines pièces, au risque de réduire votre travail à néant ou de vous bousiller les ongles. Parfois à cheval sur du vide ou trop bien clipsées entre elles, il suffit d’un faux pas et c’est la cata ! J’en ai fait les frais, vous voilà prévenus.

Certains modèles sont moins durs que d’autres à réaliser, certains nécessitent également bien plus de pièces. Grosse différence entre le renard et le Minion, par exemple. A vous de craquer sur les modèles qui vous plairont davantage.

₪₪₪₪₪₪₪

Pour ma part j’aime beaucoup ce type d’activités, une fois de temps en temps. Pour certains, les nanoblocks sont devenus une véritable passion, comme c’est le cas pour l’artiste Christopher Tan.

Je pense en tout cas agrandir ma collection (Stitch, Totoro…) à raison d’un ou deux nano(s) par mois, par exemple. Je regrette même que les nanos ne soient vendus en vrac avec la possibilité de créer les personnages de son choix. Mais il n’est pas exclu d’utiliser le contenu de ses pochettes à d’autres fins :  le problème c’est d’obtenir le nombre nécessaire de pièces et de réunir les bonnes couleurs…

Et vous, séduits par les Nanoblocks ? Vous connaissiez ? Vous en avez ?