Morts debout

Je n’ai pas pour habitude de réagir publiquement à l’actualité, encore moins sur ce blog, même quand elle ne me laisse pas indifférente. Je ne connais pas Charlie Hebdo, je ne l’ai même jamais lu et ne cautionne donc pas forcément tout ce qui s’y dit ou s’y raconte. Mais hier…

Hier était un jour de deuil national, même international… digne d’un cauchemar dont on voudrait se réveiller.

Hier sont morts des innocents qui défendaient la liberté d’expression et dénonçaient avec humour des injustices, des horreurs, des vérités que d’autres préféraient taire.

 Hier, la France qui se refuse au silence, s’est unie pour dire « NON » à la terreur et à la menace à laquelle on veut nous soumettre.

Ces exécutions innommables, planifiées et orchestrées par des lâches, des barbares, des terroristes, des « sans-nom », resteront gravées dans la mémoire de chacun d’entre nous.

J’ai une pensée émue pour les familles, les amis, les collègues des personnes privées de vie au nom d’une idéologie qui n’a rien de religieux mais n’est alimentée que par la haine, l’ignorance et la violence…

Ce billet est mon hommage aux victimes, à tous ces femmes et ces hommes à jamais privés du droit de s’exprimer mais pour toujours « morts debout plutôt que vivants à genoux ».

Je suis Charlie, nous le sommes tous…

je suis charlie

 

Source dessin : Martin Vidberg
Source vignette : Jean Jullien