Ces derniers temps, n’ayant plus eu de jeux à faire sur consoles (et pas trop les moyens d’en acheter non plus), je suis retournée à mes premières amours : les jeux PC. En effet, j’avais encore en ma possession une version Collector de Contrast, cadeau de Noël de l’an dernier, et une version démat’ de Brothers : A tale of two sons.

Je me suis donc lancée dans ces deux aventures aux gameplays originaux qui, bien que courtes, m’ont véritablement conquise !

contrast

didi et dawnAttirée par ce jeu qui me rappelait A shadow’s tale sur Wii, j’ai de suite accroché à cet opus dont la mécanique repose sur les jeux d’ombres et de lumière qui permettent à votre personnage des mouvements plus variés que d’ordinaire. En effet, en manipulant des sources de lumière et en déplaçant divers éléments du décor, vous influez sur ce dernier pour permettre à Dawn, le personnage principal, de progresser sur des décors en 2 et 3D et d’évoluer dans des zones inacessibles au commun des mortels.

Si les décors et le caracter design très 20’s m’ont assurément séduite, c’est avant tout la poésie distillée tout au long du jeu que j’ai particulièrement appréciée. Vous pourrez par exemple assister à des dialogues entre deux personnages dont les ombres projetées sur les murs vous permettront d’accéder à un balcon, en sautant sur leurs épaules ou leur tête, tout en assistant à la scenette qui se joue sous vos yeux. Le joueur tient donc aussi lieu de spectateur et on ne se lasse pas de cette ambiance délicieusement rétro et des émotions qui s’en dégagent.

En effet, tous les aspects du jeu sont mis en valeur par une histoire montée comme une pièce de théâtre et un scénario émouvant qui prend place dans un monde coloré mêlant cirque, magie et illusion.

Les personnages sont attachants, les mélodies superbes et je me suis sentie totalement imergée dans ce monde extraordinaire. Les énigmes restent faciles à résoudre mais même en ayant assimilé le gameplay, certains passages mériteront réflexion.

Dans l’ensemble, le jeu reste accessible et les trophées sont faciles à débloquer. Malgré une durée de vie trop courte, Contrast vous offrira quelques heures de pur bonheur vidéoludique. Mais attention, une manette est la bienvenue !

brothers

brothers : a tale of two sonsAyant lu le test d’Amy qui m’avait d’ailleurs fait découvrir ce jeu (Merci !), c’est avec une certaine appréhension que je me suis frottée à un gameplay des plus originaux : diriger 2 personnages simultanément, d’une seule manette et en solo. En effet, chacun des deux personnages principaux se voit attribuer un côté de la manette pour ses déplacements ou des actions propres régies par leur taille. Je ne vous cache pas que cela nécessite un temps d’adaptation, mais on s’y fait très rapidement et la manette, indispensable, facilite grandement la coordination de ses deux mains !

Passé la surprise du gameplay, on est de suite happé par de superbes décors crayonnés et une atmosphère étrangement apaisante. Dans ce jeu, nul besoin d’enchaîner les actions et les péripéties, le scénario se suffit à lui-même, mettant l’accent sur l’idée de quête introspective, de voyage initiatique et de plongée au coeur des émotions. On se surprend à gravir chaque marche en retenant parfois son souffle aux côtés de deux enfants courageux partis chercher un remède pour sauver leur père d’une mort certaine.

Ce qui rend l’histoire d’autant plus touchante, c’est qu’elle nous est « livrée » sans dialogue ni parole intelligibles, véhiculant l’essentiel des émotions au travers de gestes, de cris et de regards. La progression se fait aisément et l’on s’émerveille sans mal des mises en scène présentes tout au long du périple. Les contrastes sont très présents tant au niveau des couleurs que des environnements et on ne se lasse pas d’un parcours certes semé d’embûches, mais époustouflant de beauté. De jolis « moyens de locomotion » viennent également agrémenter le jeu d’un soupçon de poésie et de fantaisie.

₪₪₪₪₪₪₪

Vous l’aurez compris, ces deux jeux m’ont fait forte impression et je suis ravie d’avoir pu les découvrir. Pour une fois, l’émotion et l’émerveillement priment sur l’action et le rythme, offrant une jolie parenthèse aux jeux dont j’ai l’habitude.

Je ne saurais que trop vous conseiller de vous les procurer et n’hésitez pas à me faire part des opus qui pourraient s’en approcher.

A bientôt !