Il y a les séries qui cartonnent et dont tout le monde entend parler à un moment ou un autre sur les réseaux sociaux ou les blogs. Il y a aussi les petites séries sans prétention, de celles qui passent inaperçues mais qui valent pourtant le coup d’être découvertes, juste pour leur côté décalé et totalement divertissant. Des séries qu’on regarde juste pour le fun et devant lesquelles on passe un chouette moment.

La série AWKWARD. en fait justement partie.

Awkward

Synopsis : Jenna Hamilton, une adolescente de 15 ans qui raconte sa vie sur un blog, gagne une certaine notoriété suite à un quiproquo. Elle devient pour ses camarades la fille qui a tenté de mettre fin à ses jours, alors qu’il ne s’agissait que d’un regrettable accident.

Honnêtement, ce synopsis est très réducteur et ne m’a pas forcément donné envie de découvrir la série. Mais comme je cherchais quelque chose de léger à regarder, je me suis jetée à l’eau et franchement, je ne suis pas déçue et j’adore cette série.

Elle se compose de mini-épisodes de 20 mns qui mettent en scène la vie d’adolescents (même si encore une fois, ils paraissent bien plus vieux…) dans leurs milieux scolaires et familiaux. Ce qui fait la particularité de cette série, ce sont ses personnages complètement barrés qui me déclenchent très souvent de bons fous-rires.

De Valérie, la CPE complètement barjot et totalement intrusive à Tamara la meilleure amie hystérique, en passant par Ming (ma préférée), soumise à la mafia asiatique du lycée (vous comprendrez si vous regardez) et Sadie, la peste qui lutte contre ses problèmes de poids (You’re welcome !), vous aurez de quoi vous divertir. Vous rajoutez à cela une dose de parents un peu immatures, des beaux gosses qui cassent les codes du macho star de foot, des soucis existentiels “relatifs” et vous vous retrouvez projetés quelques années en arrière quand vos seules préoccupations étaient vos amours de vacances, votre première fois, vos “crush” ou vos amis de lycée.

Awkward

Bien que la série traite à l’origine de thèmes assez légers, la série évolue pas mal au fil de saisons (la 3ème se termine bientôt) et traite par la suite de sujets plus “graves” comme la mort, le suicide, la boulimie, la drogue mais toujours de façon humoristique. Les personnages ont chacun leur personnalité et sont plutôt crédibles même s’ils sont parfois dans les extrêmes. On oublie bien vite cet aspect grâce au comique de situation récurent et on s’attache rapidement à eux. Leurs fringues sont parfois des plus banales (mention spéciale aux ceintures de Valérie et aux bonnets de Ming) et ils ne possèdent pas des voitures de luxe (on est pas dans Beverly Hills quoi !), ce qui les ancre un peu plus dans l’adolescence telle que nous l’avons connue. Ils ont des qualités mais aussi des défauts et cette “authenticité” les rend d’autant plus touchants.

Par le biais du blog de Jenna (Invisible Girl Daily), l’héroïne principale, une voix-off nous renseigne sur ses pensées et sur sa façon d’appréhender/de vivre les moments clé de sa vie. Le ton plutôt ironique et souvent caustique de cette voix apporte beaucoup au scénario et aux épisodes en général. J’ai même pu découvrir ici ou  quelques blogs qui reprennent les billets de Jenna tels qu’elle les dicte dans la série, ce qui est plutôt amusant. Rétrospectivement, je trouve que la série évolue bien et que les saisons 2 et 3 sont meilleures que la 1ère car elles développent davantage les personnages secondaires et leur accordent plus de place.

Il ne me reste pas énormément de choses à en dire mais je vous la recommande vivement si vous avez envie de passer un bon moment, de rire et surtout de changer des séries type série policière, médicale ou fantastique. Une bonne petite série sans prise de tête à regarder blottie sous la couette, entre une boisson chaude et un chat ronronnant.