Teen Wolf c’est le genre de série qu’on découvre avec pas mal d’appréhensions, dont on se dit en lisant le synopsis qu’on ne regardera sans doute pas plus de quelques épisodes, et encore, pour passer le temps… et pourtant !

Synopsis : Scott McCall est un adolescent tout ce qu’il y a de plus ordinaire. Il n’est pas le plus populaire de son lycée, il n’en est pas la risée non plus… Un soir, son meilleur ami Stiles le convainc de suivre en cachette les recherches de la police pour retrouver un corps dans les bois alentours. Au cours de cette expédition, il se retrouve nez à nez avec une bête étrange et particulièrement féroce. Il réchappe de peu à cette attaque et, chanceux, avec une seule blessure: une vilaine morsure. Le lendemain, Scott se sent bizarre. Sans qu’il le sache encore, sa vie vient de changer. Il est devenu un loup-garou…

teen wolf

Ecrit comme ça, ça fait plutôt penser à la série Le loup-garou du campus (on ne rie pas en voyant la photo !) pour ceux qui ont connu. C’est sûr, ça n’inspire pas une crédibilité énorme et ça sent le réchauffé. C’est un fait, ces derniers temps, les créatures mi-homme mi-bête, cela fait vendre et prend une grande place sur les petits autant que sur les grands écrans. Mais pourtant, la surprise est au rendez-vous.

Je me suis donc laissée prendre au jeu de cette série et je viens de terminer de regarder la seconde saison. En VO comme toujours, parce que les voix françaises, les traductions et les doublages sont juste… nazes.

La première chose qui m’a frappé, c’est la crédibilité des personnages qui, encore ados, collent à la réalité, loin des standards et caricatures que l’on trouve parfois dans les séries américaines : Je suis riche, je suis intelligent,  je porte des fringues de styliste, je couche avec tout mon cercle d’amis, je suis un gros fêtard et j’en passe et des meilleures…

Dans Teen Wolf, les ados sont simples, leurs personnalités ne sont pas calquées les unes sur les autres, et ils sont davantage préoccupés par des choses de leur âge, pris entre leurs histoires de coeur (et pas de cul fesse pour une fois), leurs examens scolaires, leurs rapports familiaux et leurs déboires sportifs. Tout cela peut paraître terre à terre voire ennuyeux mais il n’en est rien. On arrive même à éviter les ruptures/rabibochages incessants et autres mièvreries d’autres couples maudits du cinéma ou du petit écran tout en conservant une bonne dose de l’immaturité et des émotions qui vont souvent de paire avec l’adolescence. Les personnages sont nuancés, parfois contrôlés par leurs émotions mais jamais à l’excès.

Car malgré tout, la mayonnaise prend très rapidement et l’on a aucun mal à s’attacher aux personnages, principaux comme secondaires. Ceci grâce à un humour de bon ton et quasi-omniprésent qui n’enlève pourtant rien au suspens et au côté surnaturel de la série. Tout est justement dosé et c’est ce qui fait qu’on ne se lasse pas. La série a incroyablement vite évolué, et dans le bon sens, pour nous offrir de bons moments tant d’hilarité que de tension. Il y a d’ailleurs nombre de rebondissements qui donnent beaucoup de densité aux épisodes. Je suis chaque fois impatiente de découvrir la suite et cette fin de saison n’aura pas dérogé à la règle. 

Bien évidemment, on retrouve tous les clichés liés à la lycanthropie mais certains sont approfondis et l’angle qui est donné aux relations entre les personnages de par leurs “origines” permet de bien les situer et de donner une complexité et un relief à chacun des personnages. Le seul point négatif de la série, ce sont des effets spéciaux ou des cascades parfois un peu cheap, mais je dirais que c’est souvent le cas dans les séries fantastiques pour ados ou encore des séries dites “jeunes”.

Mention spéciale au personnage de Derek Hale incarné par un Tyler Hoechlin monstrueusement viril et sexy (pourtant, je ne l’aimais vraiment pas plus jeune, dans “Sept à la maison” notamment ! ^^) qui ma foi, ne gâche en rien la série, bien au contraire mais aussi au personnage incroyablement drôle de Stiles incarné par Dylan O’Brien qui est sans doute pour beaucoup dans le succès de la série. Il y a d’ailleurs pas mal de scènes drôles entre eux deux et ils enrichissent vraiment la série.

teen wolf

Cette série surprend parce que tout n’est pas cousu de fil blanc (Ok, on n’évite pas non plus TOUS les clichés, n’exagérons pas) et qu’elle nous réserve quelques bonnes surprises, parce que malgré un thème un peu délicat à traiter, elle s’en sort très bien et tient en haleine de bout en bout grâce à des acteurs convaincants et charismatiques et un dosage parfait entre série comique et série fantastique.

Pour toutes ces raisons, je vous conseille vivement de jeter un oeil à quelques épisodes (Persistez ! Les deux premiers ne sont pas les meilleurs…) et vous faire votre propre avis, quitte à ne pas être d’accord avec moi. 😉 Pour ma part, je me suis surprise plusieurs fois à rire comme à être scotchée devant l’écran et c’est tout ce que j’aime. Vivement la troisième saison !!!

A très vite !